La politique des copains Normands

La nomination d’Edouard Philippe, maire du Havre, à la tête au gouvernement Macron laisse entrevoir ce qui apparaît déjà comme une vulgaire mascarade d’ouverture gauche/droite dont les Français seront encore les dindons.
En effet, ce Normand aux allures de cadre dynamique qui aime à véhiculer une image de sportif en se faisant prendre en photo avec un champion du monde de boxe, est surtout l’homme politique le plus louvoyant de ses dernières années.

 

Cet énarque (comme Macron) est très certainement animé des mêmes convictions financières, puisque membre du groupe mondialiste Bilderberg. En six mois cet homme aura réussi le pari dingue d’être le soutien de Juppé puis de Fillon pour ensuite le lâcher et être enfin 1er ministre de Macron.

Mais c’est aussi l’homme des affaires.
Celui qui, il y a moins de six mois, en janvier 2017, disait: « Emmanuel Macron n’assume rien et promet tout, avec la fougue d’un conquérant juvénile le cynisme d’un vieux routier » est aussi un homme clé dans le scandale d’Areva. En effet, son implication qui reste clairement à déterminer dans l’acquisition d’Uramin a couté à Areva et à l’état Français (nos impôts) la bagatelle de près de 2,5 milliards d’Euros alors que son estimation était de 312 millions d’Euros. Il se trouve qu’à cette époque, de 2007 à 2010 Edouard Philippe était le directeur des affaires publiques d’Areva.
Anne Lauvergeon, alors patronne du groupe Areva, et curieusement ami d’Emmanuel Macron, pourrait, elle aussi faire une entrée au gouvernement qui doit être formé par Edouard Philippe.
Enfin, l’extase d’Hervé Morin, président de la région Normandie ou encore de Sébastien Lecornu, ex-maire de Vernon, président du conseil départemental de l’Eure et qui lui aussi avait lâché François Fillon, encensent le nouvel ami que l’on doit avoir maintenant dans sa poche.
Au même titre qu’à gauche, comme le maire socialiste du Petit-Quevilly, Frédéric Sanchez (proche de Fabius), comme à droite, avec Guy Lefrand, maire LR d’Evreux qui se réjouissent de la nomination d’Edouard Philippe.
La politique des copains.

 

Le Front National rappelle que ce qui préoccupent le Français: Chômage, immigration, pouvoir, d’achat, sécurité, sont avant tout les dossiers qui doivent être traités en priorité par ce gouvernement dont, pour l’heure nous ne connaissons que le 1er ministre. Les tractations entre copains n’ont pas leur place au moment où les Français sont en grande souffrance.
Gouverner, c’est prévoir. Visiblement Macron n’avait pas prévu d’équipe gouvernante.

Cela commence bien.

 

You may also like

Leave a comment