Claire O’Petit considère Etrépagny comme central. Elle y installe sa permanence.

A peine élue, Claire O’Petit considère qu’Etrépagny est central. C’est pourquoi elle va y installer sa permanence.

Central en quoi et central pour qui?
Les motivations de la nouvelle députée d’En Marche ne serait-elle pas plutôt électoraliste?

Sa concupiscence ne serait-elle pas guidée par son désire de mettre en place un maire en En Marche aux prochaines municipales?
En tout cas ses dernières déclarations juste après les résultats l’ayant donné vainqueur sont sans équivoque: « Je viens d’entendre pour la première fois : Claire, vous êtes élue. C’est impossible de décrire ce que je ressens, a-t-elle indiqué hier soir à l’annonce des résultats. Moi qui ne suis que titulaire d’un CAP, moi que certains ont critiqué à coup de communiqués, ce soir, j’ai, nous, avons gagné. Avec mon équipe, notre maître mot sera proximité. Tous les jours, nous serons sur le terrain. C’est pour cela que nous essayerons de nous installer à Étrépagny, pour la permanence, car c’est central. »
Elle aurait pu s’installer à Vernon, deuxième ville du département, où elle a enregistré un score de 70%, mais non, elle préfère Etrépagny. Cette députée hors-sol sans ancrage, sans valeurs s’imagine déjà régner en baronnie.
A aucun moment, elle ne portera les demandes des sterpinaciennes et des sterpinaciens. Sa seule vocation c’est de voter sans discuter les propositions et textes de lois de sa majorité. D’ailleurs, elle l’a même admis lors d’un entretien de second tour qu’elle a accordé au journal local “L’impartial”. Refusant aussi de débattre avec le candidat Front National comme de nombreux autres candidats EM en France, sans doute de peur de montrer le peu d’arguments et le peu de convictions qui l’animent.

Cette démarche, sans doute conduite par son suppléant Fabrice LeNaour, maire de Chauvincourt-Provemont, revenchard après son éviction du Sygom et en désaccord d’avec Perinne Forzy, devrait pourtant l’inciter à la prudence. En effet, le taux d’abstention aux législatives a été marqué par un nouveau record jamais encore atteint. Il n’en sera sans doute pas de même pour les élections municipales.
D’ailleurs, Célia Mick, de Paris-Normandie, l’a parfaitement analysé au regard de ses résultats qui sont les plus mauvais de l’ensemble des candidats EM de Normandie: “ Et les chiffres parlent d’eux-mêmes : 3 723 électeurs ont voté pour elle sur 15 053 inscrits. Pas franchement une déferlante…

You may also like

Leave a comment