A peine nommé, le nouveau responsable départemental LR 27 voit l’avenir « macron-compatible »

Communiqué de presse Timothée Houssin
Secrétaire départemental du FN 27, Conseiller régional de Normandie

Depuis les présidentielles, on savait la fédération LR de l’Eure en difficulté du fait de la proximité officielle ou officieuse de nombreux élus avec LREM et le gouvernement.

Sébastien Lecornu, secrétaire départemental LR  et président du conseil départemental jusqu’à ce qu’il rejoigne le gouvernement en était l’exemple criant.

Face à cette situation, la nomination d’un nouveau responsable départemental et la clarification des liens entre LR 27 et les macronistes étaient attendues.

Alexandre Rassaert, nommé cette semaine est très clair dans son interview réalisée par Paris Normandie, pour lui « L’avenir ce sont des personnes Macron-compatibles ».

Les Républicains de l’Eure restent donc dans la complicité avec le gouvernement qui met en place la politique voulue par nombre d’élus de centre droit. Pour ceux qui veulent combattre cette politique, une chose est sûre, l’avenir n’est pas chez Les Républicains.

Paris-Normandie: Le FN rebat ses cartes

Le Front national revoit son plan de bataille : une candidate s’en va, une autre se lance, un change de circonscription.

On efface tout (ou presque) et on recommence. Hier soir, au siège eurois du Front national à Évreux, le parti de Marine Le Pen a rebattu les cartes en vue des législatives. Les candidatures ont été quelque peu chamboulées dans la 3e et la 4e circonscription.
Dans la 3e circonscription, ce n’est plus Alexandra Piel (assistante de direction âgée de 42 ans, conseillère régionale) qui est candidate mais Timothée Houssin, le secrétaire départemental du FN, qui était d’abord annoncé dans la 4e circonscription, un territoire jugé difficile puisque marqué à gauche.

Accord annulé avec Debout la France

Les choses ont changé depuis. « Alexandra Piel est l’assistante personnelle de Nicolas Bay (le secrétaire national du FN, candidat dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, Ndlr), elle a un rôle dans l’organigramme national et elle préfère se réserver pour cette activité permanente. Cela s’est fait en accord avec elle », précise Timothée Houssin. À cette défection s’ajoute un autre élément survenu depuis la présidentielle. Dans la 3e circonscription, « il était envisagé que ce soit un candidat Debout la France, qui serait soutenu par le FN, explique Timothée Houssin. Mais les accords avec Dupont-Aignan ont été annulés dimanche. » Le jeune patron (28 ans) du FN dans l’Eure, élu en Seine-Maritime, va donc tenter sa chance dans la 3e circonscription, « où j’étais candidat aux départementales. »
Doris Perreaux (53 ans, ancienne chef d’entreprise, conseillère municipale à Pont-de-l’Arche) qui devait être la suppléante de Timothée Houssin, sera donc titulaire dans la 4e circonscription.
La 1re circonscription n’était pas encore attribuée. C’est finalement Fabienne Delacour (57 ans, Les Andelys, conseillère régionale) qui est investie. Elle aura pour suppléant Jean-Pierre Laurin (66 ans, conseiller municipal d’opposition à Saint-Marcel). Ils auront face à eux le nouveau ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.
Pas d’autres changements en vue pour les deux autres candidats : Emmanuel Camoin (conseiller régional, municipal et communautaire d’Évreux, âgé de 57 ans) reste dans la 2e circonscription et Vincent Taillieu (conseiller municipal des Andelys, entrepreneur dans le Bâtiment, âgé de 41 ans) dans la 5e circonscription.
Fort de ses 45, 5 % dans l’Eure au second tour de la présidentielle, le FN part confiant. « Nous pouvons gagner dans l’ensemble des circonscriptions », assure Timothée Houssin

Eure : le FN présente quatre candidats de ses cinq aux législatives

Politique. Quatre des cinq candidats frontistes aux élections législatives dans l’Eure ont été présentés hier à Évreux. Le parti de Marine Le Pen n’a pas encore décidé qui affrontera Bruno Le Maire (LR).

Objectif : la présidentielle ! Hier au siège eurois du Front national à Évreux, le secrétaire départemental du FN, Timothée Houssin, a présenté les candidats aux législatives qui briguent un siège à l’Assemblée nationale les 11 et 18 juin. Mais c’est d’abord l’élection de Marine Le Pen à la présidence de la République qui anime les élus frontistes en lice dans quatre des cinq circonscriptions de l’Eure.

La 1re « réservée »

Surprise hier : le FN n’a pas dévoilé le nom du candidat (ou de la candidate) qui tentera de ravir le siège du député sortant Bruno Le Maire (LR) dans la 1re circonscription. « Il y a plusieurs candidats à la candidature, cette circonscription est réservée », explique Timothée Houssin. Le nom de Fabienne Delacour (Les Andelys), conseillère régionale, n’a finalement pas été confirmé, de même que celui du député européen et responsable national du FN Nicolas Bay.

Le FN décidera-t-il de mettre un poids lourd face à l’ancien ministre de l’Agriculture, candidat largement défait à la primaire de la droite et désormais très isolé au plan national ? Suspense…

Camoin dans la 2e

Emmanuel Camoin défendra une fois encore les couleurs frontistes dans la 2e circonscription. Conseiller régional, municipal et communautaire d’Évreux, âgé de 58 ans, ce directeur de société annonce qu’il lâchera son mandat au conseil municipal s’il est élu député en juin puisque touché par le cumul des mandats.

Piel dans la 3e

Parmi les « patriotes et ambassadeurs de Marine Le Pen qui vont sur le terrain contribuer à la faire gagner », comme Timothée Houssin définit les candidats, le FN mise sur Alexandra Piel dans la 3e circonscription. Assistante de direction âgée de 42 ans, cette conseillère régionale aura un coup à jouer dans une circonscription où la droite et le centre partent divisée depuis que le président UDI de la Région Hervé Morin a rendu son fauteuil de député.

Houssin dans la 4e

Le secrétaire départemental du FN Timothée Houssin, permanent politique du parti, se lance dans la 4e circonscription. Lui aussi conseiller régional, le jeune homme (28 ans) aura fort à faire dans cette circonscription marquée à gauche incarnée depuis des décennies par le député PS François Loncle, qui ne se représente pas.

Taillieu dans la 5e

Enfin, dans la 5e, « la meilleure en termes de résultats électoraux ces dernières années », c’est Vincent Taillieu qui aura pour mission de réaliser le grand chelem que compte bien réaliser le FN.

Gérant d’entreprise, ingénieur âgé de 41 et père de cinq enfants, le parti Bleu Marine fonde ses principaux espoirs sur ce conseiller municipal des Andelys, secteur où le FN joue des coudes avec les LR.

Guillaume LEJEUNE

Travail dissimulé sur le chantier EPR : Des condamnations qui incitent à la récidive

Communiqué de Timothée Houssin et Jean-Jacques Noel , vices présidents du groupe Normandie Bleu Marine.

Lundi 20 mars, la cour d’appel de Caen a condamné Bouygues, ses filiales et différents sous traitants pour l’emploi de travailleurs étrangers irrégulièrement détachés sur le chantier de l’EPR de Flamanville.

Les différentes entreprises ont employé 460 travailleurs irréguliers, sur plusieurs années, et le total des condamnations s’élève à 100 000 euros… un coût équivalent, charges patronales comprises, à l’emploi d’un seul salarié français au SMIC pendant 4 ans.

La faiblesse des condamnations, pour une fraude d’une telle ampleur est un véritable encouragement au travail dissimulé, à l’utilisation massive de travailleurs détachés et à la sous traitance à des entreprises installées dans des pays à bas coûts.

Le Front National dénonce l’utilisation massive de sous traitants  étrangers sur les chantiers français et rappelle que Marine Le Pen dans son programme présidentiel prévoit la suppression de la directive détachement des travailleurs et la mise en place d’une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers.

L’Eure, première victime de la privatisation des contrôles radars

Communiqué de Timothée Houssin
Secrétaire départemental du FN 27
Conseiller régional de Normandie

 

Ce vendredi, l’Eure sera le premier département où sera testé le nouveau système de radars embarqués, pris en charge par des prestataires privés.

 

Cette mesure consiste à privatiser une fonction régalienne et à considérer les contrôles routiers sous l’angle d’une activité lucrative et non sous celui de la sécurité routière. Les associations de défense des automobilistes prévoyant la multiplication par 8 du nombre de procès verbaux.

 

Cette décision témoigne également de l’incapacité de nos forces de l’ordre à gérer l’ensemble de leurs missions à cause du manque de moyens et des fortes réductions des effectifs décidées sous le gouvernement Fillon.

 

Le Front National s’oppose à ce recul de l’Etat et défend les droits des automobilistes face à une logique de rentabilisation des contrôles routiers et de traque permanente des conducteurs. Il demande par ailleurs le recrutement de 15 000 policiers et gendarmes supplémentaires et le recentrage de leurs missions en les libérant de tâches indues et administratives.